18 mars 2021

A.M.I.E.S

Écrit par Juliette Mantelet

Le temps d’un expresso

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Attention, ce podcast est presque aussi addictif que la série à laquelle il est consacré. Pour tout vous dire, j’en ai écouté quatre épisodes à la suite, et dans la même journée, le jour où je l’ai découvert. Impossible de décrocher. Attention bis, ne commencez à écouter ce podcast que si vous avez du temps devant vous, car il risque de vous donner l’envie urgente de revoir à nouveau (et pour la quinzième fois) l’intégralité des épisodes de Friends. De remettre des images sur les mots.

Abonne toi à la newsletter !

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
joey_friends_amies_podcast_sitcom

Le concept d’A.M.I.E.S, un podcast développé par Slate, est particulièrement séduisant. Deux journalistes, Marie Telling et Anaïs Bordages, amies dans la vraie vie, échangent autour de la série, de leurs personnages préférés, de ses moments phares. Tout est pensé, jusqu’aux titres des épisodes du podcast qui reprennent fidèlement la construction de ceux de la sitcom. “Celui où Anaïs déteste Rachel”, “Celui où Anaïs aime enfin Friends”... Marie est une fan de la première heure, Anaïs est vierge de Friends. Elle peut encore goûter à ce plaisir inégalé de découvrir la série pour la toute première fois, et s’interroger avec spontanéité sur le cas du “break” de Ross et Rachel. De mon côté, j’ai découvert Friends tardivement. C’était l’année dernière, mais j’ai depuis regardé déjà la série au moins 4 fois dans son intégralité. Elle est devenue, comme pour beaucoup, mon petit cocon, cette série dont je peux regarder les épisodes dans le désordre dès que j’ai un coup de blues. Le “I’ll be there for you du générique chanté par The Rembrandts s’applique pour moi à la série en elle-même et surtout à Joey, Ross, Rachel, Monica, Chandler et Phoebe, qui sont devenus mes potes au fil des épisodes, celleux qui sont là quand rien ne va… À tel point qu’ils.elles nous manquent à chaque fois qu’on arrête de la regarder. Plus que n’importe quel.le.s autres personnages de série. 

“ We were on
a break ”

Le tour de force de ce podcast, c’est qu’on se met très vite à ressentir le même attachement vis-à-vis des deux journalistes, Anaïs et Marie, toutes deux particulièrement drôles, spontanées et sympas. Je rêve maintenant de les rencontrer dans la vraie vie, autour d’un café, pour échanger, par exemple, de la lourdeur des blagues de Chandler, ou débattre du plus célèbre “break” de l’Histoire. Et je n’imagine pas mon état à la fin du podcast quand il faudra, elles aussi, les quitter. (Pour pallier ce manque à venir, n’hésitez pas à aller découvrir Peak TV, leur autre podcast passionnant sur l’actualité des séries).

 

Quand on écoute les épisodes d’A.M.I.E.S, on a constamment envie de leur répondre, et j’ai d’ailleurs parfois laissé échapper quelques exclamations en colère face à la haine d’Anaïs pour le personnage de Rachel. “Mais non, Rachel est cool !”, a-t-on sûrement pu m’entendre rétorquer à mon oreiller. On rêve de faire partie de leur duo, de participer à leurs soirées arrosées de visionnage, comme on a rêvé de faire partie de la bande des 6 et de traîner, nous aussi, dans l’appart de Monica.

Friends VS 2021

Ce qui est fascinant, c’est que l’écoute de ce podcast permet aussi de renouveler notre intérêt pour Friends. On a envie de regarder à nouveau certains épisodes que l’on connaît pourtant par cœur et dont c’est vrai, il faut le dire, on s’était un peu lassé. On relève des éléments qu’on n’avait jamais vus avant, on s’interroge sur nos personnages préféré.e.s. Surtout, on analyse la série avec un regard 2021. Et même si on l’adore – et qu’il est toujours compliqué pour nous de la critiquer – c’est rassurant de voir combien les discours ont évolué. De réaliser que ce qui pouvait être dit sur l’homosexualité, les femmes, le couple ou le poids, dans une série à très grande audience il y a 20 ans, ne passerait plus du tout en 2021. Et qu’aujourd’hui, de nouvelles séries, comme l’excellente Sex Education ont permis de diversifier les représentations à l’écran. On prend conscience alors qu’on en a parcouru quand même du chemin, et que les choses avancent.

Ce travail de déconstruction, on devrait tous le faire sur nos séries préférées, pour prendre par la main le nous de nos 16 ans et lui présenter nos excuses pour avoir cru que tout ça, c’était la réalité, le modèle à imiter, le goal à atteindre.

Et j’attends avec impatience de voir Anaïs et Marie décliner ce format sur d’autres séries. J’ai d’ailleurs cru comprendre qu’Anaïs n’avait pas vu non plus How I Met Your Mother ? (Étonnant, I KNOW !).

 

 

Au-delà de ça, A.M.I.E.S, c’est surtout un podcast plaisir, un petit bonbon qu’on écoute avec le sourire et qui nous rappelle de bons moments de visionnage, des discussions entre ami.e.s. Dans la lourdeur actuelle, mélange de COVID, d’angoisses et d’enfermement, A.M.I.E.S fait du bien. Tout simplement. Parce que si les podcasts sur des sujets comme le viol, la charge mentale ou les inégalités sont absolument nécessaires, parfois c’est juste de ça dont on a besoin. Et c’est aussi une nouvelle très bonne excuse, comme le dit Marie, pour vous replonger à nouveau dans la série.

 

You’re welcome.

Sans vous ça ne va pas durer très longtemps

Sans vous ça ne va pas durer très longtemps

Écrit par

Juliette Mantelet

Je laisse mon premier commentaire

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles en lien